Luxure

Publié le par Bidou

Faite l’amour, pas la guerre, est une entame facile pour cette chronique, que vous voudrez bien me pardonner. Continuons notre revue des péchés capitaux au filtre non pas d’amour, avec une grossière faute d’orthographe, mais du développement durable.

L’amour, débridé ou non, est une bonne machine à fournir des émotions, qui ne consomme pas de matière première autre que l’ardeur des principaux acteurs. On dit qu’il donne de l’esprit aux filles. Les garçons font des parades, comme les coqs. Rien de mal à ça, tout est bon pour séduire. Attention toutefois à ne pas tomber dans la solution de facilité. Au lieu de briller par votre sensibilité, votre finesse, votre tendresse, certains d’entre vous ont recours à des artifices, des équipements contestables. Préférez une soirée au théâtre à une virée en voiture de sport. Le résultat côté luxure peut être le même si vous savez y faire, mais pas le bilan carbone. Préférez les fleurs des champs, locales et de saison, à des fleurs exotiques qui viennent de l’autre bout du monde en avion, sans même compenser[1] leur production de CO2. Allez à Venise en wagon-lit, avec réveil sur la lagune au petit matin, c’est autrement plus romantique que l’avion. Et quelle nuit !

Voilà, jeunes gens, quelques conseils pour une luxure durable.

Vous trouverez sans doute insupportable d’introduire des bilans carbone dans l’amour. La moindre galipette sera ainsi traduite en kilos de gaz carbonique, et on distribuera des quotas. Sans parler des droits à polluer : quelle tristesse ! Comment associer ces calculs compliqués à la spontanéité d’un coup de foudre, d’une attirance, d’une pulsion ? Laissons faire la nature !

Vous avez raison, laissons faire la nature, mais n’oubliez pas de prendre quelques précautions[2]. Le mot n’a pas ici le même sens que pour le principe du même nom. Les conséquences de la luxure peuvent être graves et irréversibles, mais elles ne sont pas inconnues, il n’y a pas de doute scientifique. Les précautions à prendre relèvent de la prévention. Utilisez bien sûr des préservatifs bio, en latex naturel, sans produit chimique, pur jus d’hévéa cultivé selon les principes biodynamiques, en forêt labellisées SFC, et bien sûr tout ça en commerce équitable. Et on vous fait grâce du recyclage. Ce n’est pas compliqué, bordel !

La luxure durable, c’est aussi un état d’esprit, une manière de penser. Non à la collection, oublions le compteur[3], sans intérêt dans le cas qui nous préoccupe. Non aussi à la vitesse[4], prenez le temps de savourer. Oui à l’esprit de découverte, à l’intérêt porté à l’autre[5], à la recherche de sa sensibilité et au désir de l’exalter. Non à la compétition[6], à la course[7] dans le simple but d’accumuler, de faire un meilleur score que le copain. Oui à l’aventure et ses aléas, à l’imprévu, aux surprises bonnes ou mauvaises, oui à l’ouverture au monde et à sa diversité.

Autre dérive qu’il convient de signaler : L’esprit de possession est à proscrire, le mot conquête aussi, avec sa connotation guerrière. Les manœuvres d’approche, le choix du moment et du terrain, la stratégie ont leur place, bien sûr, mais la luxure durable doit se placer délibérément dans une perspective gagnant-gagnant[8], il n’y a pas de vaincu(e), que des vainqueur(e)s. Le temps des Sabines est révolu.

La luxure durable est donc à portée de la main, si l’on ose s’exprimer ainsi. Point de pudeur mal placée, point de rejet des envies[9]. L’émotion est reine, et il y a une infinité de manière de la servir. La luxure sera pour certains le chemin vers l’épanouissement se soi et de la découverte des autres. Pourquoi pas, il n’y a rien en soi de contraire au développement durable. Tous les chemins mènent à Rome, à condition de ne pas se perdre en route.


Prochaine chronique : Collège, rien à voir avec la luxure, bien sûr, avant de reprendre notre revue des péchés capitaux avec la colère.


Eh les filles ! Si cette approche de la luxure vous plait, envoyez-moi un mail !



·         [2] Précaution (28/02/2006 et n°57 dans Coup de shampoing sur le développement durable, www.ibispress.com

·         [4] Vitesse (16/11/2006   et n°80 dans Coup de shampoing)

·         [5] Voir la chronique Les autres (02/08/2007)

·         [6] Compétition (03/05/2007)

·         [8] Voir la chronique Gagnant (06/06/2006)

Publié dans developpement-durable

Commenter cet article