Pneu

Publié le par Bidou

 

Avec "pneu", poursuivons notre périple dans les mots, pour parler de développement durable.

Ce matin, j’entends une publicité à la radio. Madame, dans la voiture, alerte Monsieur sur le pneu arrière, qui serait dégonflé. Et la réponse de Monsieur est immédiate : OK, on va changer de voiture. Bien sûr, c’est une plaisanterie, bien que la pression des pneus soit importante pour la sécurité des automobilistes, comme pour la consommation d’essence, et par suite de pollution. L’humour peut faire passer bien des messages, et il ne serait pas scandaleux que la sécurité routière et l’environnement s’en emparent pour communiquer et favoriser certains comportements. Mais en l’occurrence, il ne s’agit pas de ça. C’est même le contraire, la dérision est utilisée pour vanter un comportement irresponsable. L’entretien est trop compliqué, changeons l’objet à la première faiblesse. Le fabricant d’un matériel (français) se moque de son entretien, alors que l’entretien d’un objet est la première responsabilité de son propriétaire, pour qu’il fonctionne le mieux possible, pour lui-même et pour les autres ! Consommer moins de carburant, c’est bon pour soi-même, ce sont des économies immédiates et une sécurité accrue, et c’est bon pour la collectivité, une ressource est préservée, il y a moins de pollution et moins de déficit de sécurité sociale. La plaisanterie selon laquelle on change un jeu quand la pile est morte se comprend dans une sphère privée, mais quand on connaît l’influence de la publicité sur les modèles de comportement et certaines valeurs dominantes, on est en droit de s’interroger sur la pertinence de ce message, distillé sur nos antennes.

 

 

Bref, en résumé, une publicité pour une voiture qui se moque de son entretien, qui, de manière caricaturale, pousse à jeter plutôt qu’à réparer, colporte un message à l’encontre totale du développement durable, lequel conduit à intégrer la durée comme une composante essentielle d’un bien. Je pensais que les constructeurs d’automobiles voulaient se montrer aussi bons pour l’environnement que possible, de manière à s’acheter une « bonne conduite », si j’ose dire, eh bien, j’étais bien naïf !

Publié dans developpement-durable

Commenter cet article